Un groupe de codéveloppement pour développer sa pratique

Dans mon précédent article sur la gestion d’un programme de mentorat en milieu organisationnel, j’annonçais cet article, mais l’été et les vacances estivales m’ont fait repousser mes échéanciers. Qu’à cela ne tienne, le voici.

En premier lieu, je vous pose la question : vous arrive-t-il de vous sentir seul avec certains problèmes ou défis? Nul ne saurait recommander de trouver des solutions seuls. Cela  est d’autant plus évident dans le contexte actuel où tout change rapidement et qu’en quelques clics, nous pouvons échanger avec notre réseau professionnel. Avec les réseaux sociaux, nous avons le réflexe de chercher qui autour de nous peut nous aider à trouver des réponses.

Pourquoi un groupe de codéveloppement?

Un groupe de codéveloppement est constitué principalement d’un nombre restreint de personnes, généralement entre 4 et 8 personnes, afin de favoriser une atmosphère de partage, où chacun pourra, au fil des rencontres et à tour de rôle, jouer le rôle du « client », tandis que ses pairs joueront le rôle de « consultants ». Les rencontres durent environ 3 à 6 heures et se déroulent à un rythme d’une rencontre à toutes les deux à six semaines. Les rencontres peuvent s’étendre sur plusieurs mois, voir plusieurs années, si le groupe s’accorde et les disponibilités le permettent (réf.: Le groupe de codéveloppement et d’action-formation)

À terme, tous auront été le client au moins une fois et auront été les consultants de leurs pairs. Cette formule ressemble à d’autres formules, comme les communautés de pratiques, les « think thank », etc. où un groupe de gens, toujours les mêmes, se rencontrent sur une base régulière.

Selon Adrien Payette, les participants de ces groupes de codéveloppement visent les objectifs suivants :

  • apprendre à être plus efficace dans sa pratique;
  • s’obliger à prendre systématiquement un temps de réflexion sur sa pratique professionnelle;
  • avoir un groupe d’appartenance professionnelle où règnent confiance et solidarité;
  • consolider son identité professionnelle en comparant sa pratique professionnelle à celles des autres;
  • apprendre à aider et à être aidé comme client et comme consultant;
  • apprendre à travailler en groupe;
  • renforcer son appétit naturel pour apprendre et le plaisir qui l’accompagne.
Les groupes de codéveloppement sont structurés et animés par des professionnels formés à cette approche. Les rencontres ne sont nullement laissées au hasard et la confiance est au coeur de cette approche.
Les rencontres sont généralement au nombre de participants plus deux. Chez Mentorat Québec, la première et la dernière rencontre permettent d’introduire les participants au groupe et d’expliquer son fonctionnement alors que la dernière permet de faire un bilan et de mettre fin au groupe de façon annoncée et graduelle.

En savoir plus sur les groupes de codéveloppement

Je ne réinventerai pas la roue. Alors je vous invite à consulter le site d’Adrien Payette, conseiller en gestion : Le groupe de codéveloppement et d’action-formation qui propose une définition ainsi que des éléments d’information sur cette approche. Je vous invite également à consulter le site de l’Association française du CoDéveloppement Professionnel. Vous pouvez aussi vous adresser à Mentorat Québec pour en savoir plus sur ses groupes de codéveloppement. D’ailleurs, je vous lance une invitation.

Comment participer à un groupe de codéveloppement?

Puisque j’oriente mes contributions vers le mentorat et que je suis co-président de Mentorat Québec, je vous invite à participer à la prochaine rencontre d’information sur le groupe de codéveloppement qui débutera cet automne. Cette rencontre se tiendra le mercredi, 5 octobre 2011 à 18 heures, à l’UQAM. Vous pourrez y poser toutes les questions que vous considérez pertinentes de façon à en savoir plus sur le déroulement du groupe, quelles sont les modalités, le niveau d’implication et d’engagement demandé, etc.

Dore et déjà, Mentorat Québec a annoncé es tarifs. Un tarif préférentiel est offert aux membres de l’organisme et il est avantageux de vous inscrire au groupe de codéveloppement avant le 12 octobre 2011. Monsieur Denis Ross co-animera les rencontres avec Madame France Plouffe. Monsieur Ross a été formé au codéveloppement et Madame Plouffe compte plusieurs années d’expérience dans le milieu de l’éducation et de gestion. Je n’ai aucun doute sur leur expérience. J’ai côtoyé et connue France au programme court de Mentorat de l’UQAM et Denis a, quant à lui, été l’un de nos chargés de cours.

La parole est à vous!

Avez-vous déjà participé à un groupe de codéveloppement? Qu’est-ce que cela vous a apporté? Renouvelleriez-vous l’expérience?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s