Les phases ou stades de la relation de mentorat

La relation de mentorat compte 6 phases

D’autres modèles proposent 4 ou 5 phases.

[Traduction libre et adaptation de l’article The Life Cycle of Mentoring Relationships]

Toute relation passe généralement par les stades suivants. Celle de mentorat n’y fait pas exception. Par ailleurs, elle a son rythme et l’on doit le respecter.

Briser la glace. Pendant cette phase, l’objectif premier du mentor et de son mentoré est d’apprendre à se connaître ce qui permettra l’établissement d’un lien de confiance. Deux éléments sont importants ici, être ponctuel et impliquer le mentoré dans l’établissement de l’entente de mentorat; c’est-à-dire comment sera employé le temps ensemble.

Établissement de la relation. Votre objectif à ce stade est de renforcer la confiance et un certain rapprochement avec votre mentoré. Vous pouvez inviter votre mentoré à élargir ses expériences en l’invitant dans un musée, un événement de réseautage, tout en le laissant prendre la décision sur votre occupation du temps ensemble. Partagez quelques uns de vos intérêts ou aspirations que vous aviez étant jeune (ou jeune professionnel). Si vous partagez quelques uns d’entre eux, il s’agit d’un très bon début.

La croissance. Le mentor encourage la croissance de son mentoré au point de vue social, émotionnel et cognitif. À ce stade, vous devriez vous sentir confortable. Vous remarquerez aussi que votre mentoré partagera de plus en plus souvent des situations ou problématiques qu’il rencontre, donnant du même coup des occasions pour de le guider dans le développement de compétences en résolution de problème. Advenant que les sujets deviennent trop personnels ou que vous ne sachiez pas comment les gérer, référez-vous au coordonnateur du programme pour de l’assistance. Sinon faites-en simplement part à votre mentoré de façon posée que cela dépasse les limites du mentorat et du rôle dans lequel vous vous êtes engagé.

Arrivée à maturité. À ce stade, vous connaissez beaucoup mieux votre mentoré. Il demeure important de le laisser déterminer les sujets de discussions ou la teneur des activités. On peut commencer à travailler sur des objectifs professionnels ou de vie (dépendant des visées du mentorat). Votre mentoré vous laissera savoir ses aspirations à long terme, tout comme les enfants partagent ce qu’ils feront lorsqu’ils seront grands.

La transition. La phase de transition peut, et va, se produire pour diverses raisons. À un certain moment, le mentoré devient plus aguerri, lui-même étant en phase de transition arrive peut-être à un plateau où il est plus à l’aise du point de  vue professionnel. Les besoins sont moins pressants. Il se peut également qu’on ne sache plus qui des  deux est le mentor ou le mentoré. Pour illustré, c’est à ce moment que l’élève peut dépasser le maître.

Clôture de la relation. La relation de mentorat prend fin suite à l’atteinte des objectifs du mentoré ou parce qu’il a été muté à l’extérieur, parce qu’il a déménagé ou a changé d’emploi. En fait, dans bien des cas, la relation prend une nouvelle forme. Tout dépendant des liens que vous avez tissés au fil du temps, il se peut que vous restiez en contact sur une longue période mais à une fréquence moindre.

La relation de mentorat, c’est la rencontre de deux mondes

Ce qu’il faut retenir, c’est que la relation de mentorat n’est pas si différente des autres relations que l’on établi avec les autres. Elle a un début, un milieu et une fin. Il faut apprendre à se connaître, établir un lien de confiance, échanger ouvertement, offrir du soutien approprié au moment approprié (pour le mentor) et que le mentoré soit proactif dans le maintien de la relation. Sans quoi, le mentor aura l’impression de prendre en charge un adulte qui n’est pas autonome et cela, et je dirai, va impacter sur la relation.

Ce qui distingue cette relation des autres c’est que le mentor est un modèle de savoir-être, une inspiration, et que l’objectif premier de la relation est d’accompagner le mentoré dans sa croissance et la période de transition qu’il vit. Certaines relations peuvent se dérouler plus rapidement que d’autres, cela dépend de plusieurs facteurs que l’on contrôle pas. Toutefois, la profondeur de la relation, le niveau de confiance, les capacités interpersonnelles et communications des deux parties ont un grand rôle à jouer.

Si vous avez ou lisez l’article sur lequel je me suis basé, vous verrez que l’on parle de mentorat pour les jeunes (« youth mentoring ») qui est très en vogue aux États-Unis.

Êtes-vous un(e) mentor(e)? Êtes-vous un(e) mentoré(e)? Partagez vos expériences et vos questionnements dans les commentaires.

— Eric

Mentorat et Compagnie - mentoratetcompagnie.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s